Il n'est pas un peu tard?

Des mois, des années... Sur l'autre chez moi virtuel j'en parlais déjà, c'est dire ! 
Une publication en interne, du stress en grande quantité, la publication au JORF, constituer un dossier, attendre, attendre, stresser. Expliquer encore et encore que non, ce n'est pas gagné. Que c'est un concours. Un concours national. Que ce n'est pas sur mes compétences à occuper mon poste en particulier que je serais jugée... Que non, je ne suis pas prioritaire, sauf si je suis première. 
Des centaines de candidats, ceux d'ici, ceux d'ailleurs et 60 sélectionnés... Et attendre encore. Encore. Stresser. Expliquer. Préparer sans relâche les 10 minutes que l'on va m'accorder. 
Et la déception. Pas assez bien classée pour choisir, le risque de perdre ma place. La peur. Attendre et attendre encore. Attendre tellement que ce n'a même pas été un soulagement. Et puis la stagiairisation (oui, parce que même après 7 ans, il faut une période d'essai...).
C'était en été 2011, le 13 juillet, je m'en souviens comme si c'était hier.
On est en 2014. Ça y est... C'est terminé. 
Il est bon de se rappeler comment on traite bien ceux qui ont pour mission de soigner les autres, non?



5 commentaires:

  1. bravo ! oui 7 ans...la moyenne ici c'est 5 ans dans l'hôpital où j'ai fait mes études...lamentable...et on se demande pourquoi tout le monde veut aller en libéral...marre d'être maltraitée...

    RépondreSupprimer
  2. Je ne savais pas que c'était si compliqué... Tu dois enfin souffler !

    RépondreSupprimer
  3. Gébial ! Félicitations, alors...

    RépondreSupprimer
  4. Génial avec un N sera mieux.....

    RépondreSupprimer
  5. Maja... Merci. En effet, pas besoin de chercher bien loin pourquoi il y a tant de départ pour le libéral. Je vais le faire moi aussi d'ailleurs, mais pour moi c'est beaucoup plus risqué que pour toi... Bises
    Maëlle... Compliqué et usant surtout...
    Nata... Merci merci !

    RépondreSupprimer

Je ne peux vous répondre que dans les commentaires ou sur vos blogs... Mais je suis toujours ravie de lire vos petits mots et de découvrir de nouveaux espaces...